16 avril 2016

Grands zé moins grands

pape-1

Le pape à Lesbos pour rencontrer les migrants


Christine Boutentrain et Frigide Barjot ont fait savoir que malgré leur profonde piété, il n'était pas question pour elles de l'accompagner …

A leur tour, Nardin'Medrano et le motard niçois ont fait la même publication …

Chuis bien content de ne pas m'appeler François … personne n'adhère aux idées des françois … même en Drôme …

à part peut être Don Pedro d’Alfaroubeira … mais lui en avait quatre …

.

astérix

L'Egypte de Sissi, désastre humanitaire et meilleure amie de la France


Roooooh, j'me suis tapé tous ,les épidodes quand j'étais d'jeun', je n'ai jamais vu Romy sous les pyramides …

Obélix et Astérisque à la rigueur ... 
.
.
.

obama-arme

International ; en show télé, Poutine mène son pays à la baguette magique …. Trump en pleine parano....


Roooooh, et Obama ? … il ne fait rien not' Prix Nobel de la paix ? … même pas du jardin bio avec la mère Michelle ? … y a au moins, booouh, chais plus combien de temps qu'on ne l'a pas vu partager un cornet de glace avec ses filles ou tirer des coilombes d'élevage dans les jardins de la maison blanche...

Posté par ppcaillou à 21:20 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


15 avril 2016

La guerre des moutons

journal à la botte

Les ressorts d’un président que tout le monde a déjà enterré
Aaah « Le Monde » vole au secours de son … soooon … comment on dit déjà ? … ah oui, président … j'allais dire sponsor, heureus'ment je me suis retenu, c'eût été incorrect, non ? …

Le journal lui rappelle toute son « admiration" et surtout son respect ... enéchange, j'espère que le directeur restera en place et que la sunvention sera à la hauteur de l'engagement ...mêêêh au vu des trois proprios ( Bergé, Niel, Pigasse ) je ne me fais pas de souci pour eux ...

Hollande Bergé

Le phénix renaît de ses cendres …aaaaah, il n'est pas né l' Hercule qui coupera toutes les têtes à cet hydre-là, non mais ! mêêêh il leur coupera, lui, le bec à tous ces cancres-là, comme dirait Richie … et ça n'est pas Macaron avec « le poids des mots » ou » le choc des photos » qui écornera la confiance que 13% des françois ont dans le grand homme … Une langue de vipère me souffle, tient c'est bien simple,c'est tellement méchant que j'hésite à le répéter, bon j'te l'dis mais tu ne répètes pas, hein, que dans les 13% il y a déjà tous les salariés du Monde, de Libé, de l'Obs et de France Télévision … les autres militants ne seraient qu'une trentaine … j'en connais quelques-uns sur Facebook … 

Après t'as les autres, ceux du « trottoir d'en face » comme le Figaro qui a retenu de l'intervention du « grand homme » qu'il ne retirera pas le voile à l'université, car s'il est une mesure qu'un grand président doit faire c'est régenter la tenue vestimentaire de ses étudiants … déjà qu'il a allongé les nuisettes des malades et les blouses des infirmières …tiens, à propos, elle est encore en poste Marissolassido Touraine ou il l'a remplacée ? … bon ça n'a rien à voir me diras-tu, t'as raison, c'était juste pour savoir … « Heureusement » dans cette tourmente, t'as vu dans tourmente, y a tour, il en reste un qui tient bien la barre : « l'autorité » dit-il, c'est le petit coq catalan, c'est vrai qu'il a talent pour l'autorité, bon d'accord, chacun ses faiblesses, il a laissé les journaleux, même ceux à la botte, ceux qui répercutent ses bruits de bottes, dans le hall d'embarquement pour Alger, mais il tient la barre ! Il ne veut pas « devenir un Fillon » du coup ça m'étonnerait que Renaud le soutienne, il va être perdu son Mistral moi ch'te l'dis …
Bon, pour être tout à fait franc, je n'ai pas regardé l'intervention du « grand homme » … j'ai pô d'télé … j'ai r'gardé « La guerre des boutons » en dévédé …

Posté par ppcaillou à 08:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

14 avril 2016

Inégalités entre les enfants :


hollandeniais

Selon un rapport de l'Unicef publié ce jeudi sur les inégalités de bien-être entre les enfants des pays européens, la France est classée en fin de peloton. Elle est notamment à la traîne en matière d'écart des résultats scolaires. Mais c'est vrai aussi sur le santé ...  ( eh oui !  )

Le journaleux qui publie l'article semble tomber des nues …

pourtant dit-il, le précédent résident de la république a payé une entrée à l' ENA à mon fils et l'actuel à mon cadet … bon c'est vrai pour ça il a fallu que je vire deux syndicalistes de la liste des invités de mon émission et que je ferme quelques micros, mêêêh quand même ça vaut l'coup … Même Sarko a réussi à placer son fiston... pourtant, hein ! …


Trève de plaisanterie, le journaleux a l'air de découvrir ...  bien sûr il n'y aura rien dans Le Monde, Libé ou l'Obs, mais il suffit de regarder autour de soi … il n'y a pas que chez les politiques, en Ardèche, on vénère même un guru qui aide sa fille, en lui offrant sa notoriété, à créer une école privée qui coûte la peau des fesses et qui bien sûr est inaccessible aux peigne-culs … de mon espèce ... 


Bon, il est vrai que le parti socialiste a fait un travail remarquable … il a remplacé le "ph" de nénufar par un "f" et presque, ce sera pour un prochain quinquennat, supprimé l'accent circonflexe … alors qu'y zarrêtent les détracteurs qui disent qu'y font rien et que c'est nous qui payent, ça aidera les plus démunis à fer moin de fote sur leure cévé … et leure inscripsion a paul-emploie ... 

Posté par ppcaillou à 09:25 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

13 avril 2016

ah ça nique en vieilles dentelles

35280887

Impôts : la déclaration en ligne obligatoire pour les plus aisés

Cé koi un pluzézé ? …où ça commence un pluzézé ?

pour 2016 c'est 40 K€,

puis pour 2017, 28 K€ ,

ensuite pour 2018, 15 K€

et pour finir, obligatoire pour tous sous peine d'une amende de 15 euros

le plus zézage baisse d'année en année, c'est dire si le ministre conifère, celui aux socquettes roses, c'est d'ailleurs la seule ressemblance avec la fleur du même nom qu'il lui reste, peut-être la coupe ... dûe aux nombreux cocktails, à lui et ses amis, envisage un plus zézage du sans-dents moyen …

Evidemment cette mesure ne concerne pas les « zamis » qui pourront taisément continuer à déclarer leurs revenus en Suisse, à Panama ou ailleurs …

 

Chuuut

Hollande sur France 2 : Michel Field accusé de complaisance


Il est marrant le folliculaire, s'il n'était pas complaisant il ne serait pas directeur de l'information de France Télévision.

Et comme, en plus, c'est David Pyjamas qui présente l'émission il ne risque donc ni contradiction ni question surprise, elles vont lui être livrées par l' Elysée pour qu'il apprenne son rôle par coeur …



EctacElle est couillon, Nadine Hourmant, pas assez gourmande, son caractère Doux n'aura pas séduit le tombeur de la rue du Cirque...

Elle aurait pu t'être, y a pas d'sot métier dirait Béru, plus conciliante elle aurait pu finir députée européenne, étiquette PS … comme Edouard Martin … ou plus si affinités …

chais pas moi, productrice de cinoche ou ministre de l'éco-logis …

.

.

.

 

Pieds-nickelés 2

Pas d'Euro pour Benzema


D'après son banquier il lui en reste quelques-uns quand même …

Posté par ppcaillou à 21:03 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

12 avril 2016

en bref !

5131-francois-hollande-et-segolene-royal-637x0-1

Chuuut

« Démocratie »

Hollande sur France 2 :

une syndicaliste déprogrammée de l’émission


Ouais on va pô s'laisser emmerder par des sans-dents...

... gauchistes de surcroît …

.

.

argent pieds nickelés

argent-sale-300x283

« Culture »

Vivendi va entrer au capital de la Fnac


Boldoré va finir par acheter le ministère de la culture

... et emmener NonoLand sur son yacht …

.

 

Prévert Merode

Justice gif

« Justice »


Meurtre d’Aurélie Fouquet :

vingt-deux ans de prison requis contre Redoine Faïd


Il aurait mieux fait de tuer la fille Trintignant ...  ça coûte moins cher …

.

..

 

.

Moqueur Jerry

Bonnet d'âne ppcaillou

« Médecine »

Il parait que Michel Cymes, entre deux émissions de télé aurait rencontré un malade


Nooooon, j'déconne …

Posté par ppcaillou à 09:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Un Caravage a-t-il été découvert dans un grenier en France ?


Le tableau représentant la décapitation d'Holopherne par Judith retrouvé dans un grenier de la région de Toulouse où il séjournait peut-être depuis 150 ans ...

Le caravage 2

.

Michelangelo Merisi da Caravaggio, en français Le Caravage, est un peintre né le 29 septembre 1571 à Milan et mort le 18 juillet 1610 à Porto Ercole.
Son œuvre révolutionne la peinture du xviie siècle par son caractère naturaliste, son réalisme parfois brutal et l'emploi appuyé de la technique du clair-obscur allant jusqu'au ténébrisme. Il connaît la célébrité de son vivant et il influence nombre de grands peintres après lui, comme en témoigne l'apparition du caravagisme.

( ndlr : ça n'est toutefois pas lui qui inventa le caravaning, c'est tout c'que j'sais ... on ne peut pas tous avoir ... )

Posté par ppcaillou à 08:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

11 avril 2016

à Panama y a pas ma nana ...

argent pieds nickelés

Les chantiers navals de Saint-Nazaire signent un contrat de 4 milliards avec MSC Croisières
Des bateaux qui pourraient franchir le canal de Panama … la société est italienne avec un siège social à Genève … heureusement que l'argent n'a pas d'odeur …

Panama Papers : l'ex-fonds d'investissement de DSK impliqué
Desescarres n'est pas au courant … il a pt'être signé des documents «  à l'insu d'son plein gré » … ou une étourderie … ça peut arriver, une étourderie ... regarde Thomas Thevenoud aurait aussi oublié de payer la cantine de ses enfants, il y a un certain temps Désir, Le Pur, et Placé, leee, le pur aussi, qui a réussi à se placer depuis avaient oublié de payer leurs amendes …et pour placé y a plus de Tonton pour les faire sauter ... je crois que tu ne te rends pas bien compte du taux d'occupation de ces gens-là et oublier qu'on a transféré une société à Panama peut facilement arriver … comme confondre la caisse de son assoce avec la sienne … ah oui encore Le Pur j'avais pas fait exprès … mêêêh j'y reviens Dray … Et y a pas qu'à gauche, hein, enfin à l'extrême droite de la gauche, non, non, ça arrive itou sur le trottoir d'en face... vois Bismuth et Balkany …

Daltons gif

« Panama papers » : le gouvernement islandais annonce des élections anticipées
Législatives les élections, hein, législatives … ... Mêêêh l' Islande n'est-ce pas ce pays exemplaire dont parlent tous les militano-zutopistes ?... tiens c'est bien simple, c'est comme si on me disait que Lula ( prénom Be Boip ) avait tapé dans la caisse, Pierre Rahbi utilisé des pesticides ou Hollande renoncé au mensonge … roooh, chuis déçu en quoi vais-je bien pouvoir croire ? … un islandais a péché … nous voilà bien lotis ! c'est Pierre qui doit dire là-haut à ses potes «  t'as vu, ? j'le savais » …

 

 

Posté par ppcaillou à 16:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

06 avril 2016

ah c'est du joli !

 

 

Joly - Bové

Eva Joly : "Le secret fiscal est une preuve d'immaturité française"


Le jour où tu liras que "miss Norvège" a dit quelque chose de positif sur les 98% de français qui n'ont pas voté pour elle, préviens-moi …

Il me semble que la « dame » a été juge d'instruction, et j'ai beau chercher, je ne trouve pas de jugement condamnant le moindre Cahuzac, Balkkany ou autre trafiquant.

Encore une qui après coup sait tout ce qu'il faudrait faire et qu'elle n'a pas fait … Un peu comme l'ex juge anti-terroriste, dont j'ai oublié le nom, qui squatte le plateau de Calvi à chaque fois qu'un attentat est perpétré …

Je me souviendrai toujours de cette "miss Norvège", pas folle la guêpe, qui avec son ami José Mové avait récupéré la manif anti-gaz de schiste de Villeneuve-de-Berg organisée par de vrais militants qui y bossaient depuis des mois, voire des années ... 

 

Hollande-Joly

Les retraites complémentaires pourront baisser jusqu'à 18 % …


Le couple NonoLand-Sapin précise toutefois que ça ne concernera pas les ministres ou députés, même Fhaine, ou placeurs de fraude fiscale en Suisse ou ailleurs … Ainsi, « l'immaturité française » pourra permettre à Madame Joly de conserver son train de vie, la mesure ne concernera que les peigne-culs comme moi …

Posté par ppcaillou à 09:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

02 avril 2016

L'égout et les couleurs

Bobolatête

Salah Abdeslam "a volontairement refusé de se faire sauter", selon son frère
Je crois que ce n'est pas bien de la part d' un journaliste de mélanger actualités et histoires de fesses …

c'est vrai quoi, on s'en fout de sa vie privée ! …

nuit debout

«Nuit debout» place de la République : «On en a marre ! »
Nuit debout contre politique de boue, y en a pour tous l'égout euuuuh les goûts …

Nous resterons là, contre vents et diarrhées ont-ils dit... moi ça m'fait marées …
La place a été évacuée par les CRS …
Qu'est-ce que ça peut leur faire que des gens dorment debout, assis, comme les tricheurs qu'on voit sur la photo, ou couchés … Ah attend Casevieille me répond «  le premier sinistre ne tolère que des français qui se couchent » … les zôtres, il me demande de les faire Valser ! … au moins ça a le mérite, même si ça irrite, d'être clair …

Abus sexuels en Centrafrique : «L'honneur de la France» est en jeu, selon Hollande
Moi, en représailles, je leur ferais servir la messe dans les églises de Lyon à ces barbares, hein !

Xavier Bertrand s’augmente de 4 000 euros pour compenser la fin du cumul de ses mandats
C'est pt'être pour ça que depuis longtemps mon blogueur préféré l'appelle Bertrand Du Déclin …

Posté par ppcaillou à 08:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

01 avril 2016

Frida Kahlo

Khalo 0

Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón, ou

Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 à Coyoacán au Mexique et morte le 13 juillet 1954 dans la même ville, est une artiste peintre mexicaine.

En 1922, elle falsifie sa date de naissance en 7 juillet 1910, année du début de la révolution mexicaine.

 La mère de Frida Kahlo, Matilde Calderón y González (1876-1932), est née à Mexico. Elle est la troisième fille d’Isabel González y González, issue d'une famille de généraux espagnols, et du photographe Antonio Calderón, d’origine amérindienne et venant de Morelia. Son père, Carl Wilhelm Kahlo (1871-1941), né à Pforzheim dans le Grand-duché de Bade en Allemagne, n'était pas, comme le voudrait une légende répandue, juif d'origine germano-austro-hongroise, mais un allemand de confession luthérienne, fils du bijoutier et orfèvre Jakob Kahlo et de Henriette Kaufmann, issu de la bourgeoisie badoise. Arrivé au Mexique en 1891 à l'âge de 19 ans, il s'appellera dès lors Guillermo Kahlo.

 


 

Khalo 6

Magdalena Frida Carmen naît dans la « Maison bleue » (la « Casa azul »), actuel musée Frida Kahlo, au milieu d’un quartier où habite la petite bourgeoisie, Coyoacán, au sud de Mexico. C’est la troisième des quatre filles de Matilde et Guillermo Kahlo.Frida Kahlo peint en 1936 Mes grands-parents, mes parents et moi où elle raconte l’histoire de ses origines, tel un arbre généalogique. Elle a symbolisé ses grands-parents maternels mexicains par la terre, et ses grands-parents paternels allemands au moyen de l’océan. Elle est la petite fille du jardin de la « Maison bleue » où elle est née et décédée. Au-dessus figurent ses parents dans la pose de leur photo de mariage, puis ses grands-parents paternels et maternels.

À l'âge de six ans, Frida est victime d'une poliomyélite. La conséquence est que sa jambe droite s’atrophie et son pied ne grandit plus. Il n'atteindra jamais la taille qu'il devrait avoir. C'est ce qui lui vaudra le surnom de « Frida la coja » (Frida la boiteuse) par ses camarades de classe. Il a été supposé qu'elle souffrait de spina bifida, une malformation congénitale de la colonne vertébrale, qui pourrait également avoir affecté le développement de la jambe.

 

Khalo 4

En 1922, alors âgée de 16 ans, elle quitte le cours supérieur du Colegio Alemán à Mexico et intègre la Escuela Nacional Preparatoria, considérée comme le meilleur établissement scolaire du Mexique. Frida Kahlo est l'une des trente-cinq premières filles admises sur un total de 2 000 élèves. Elle s'intéresse beaucoup aux sciences naturelles et souhaite alors devenir médecin. Malgré l’intérêt qu’elle porte aux beaux-arts, qu'elle doit à son père, excellent photographe et accessoirement peintre d'aquarelles, elle n’envisage pas de se lancer dans une carrière artistique.

 

Le 17 septembre 1925, Frida prend le bus pour rentrer chez elle après ses cours. Soudain, l’autobus sort de la route et percute un tramway. Plusieurs personnes trouvent la mort lors de l’accident. Frida, elle, est grièvement blessée. Sa jambe droite subit un grand nombre de fractures, onze au total. Son pied droit est également cassé. Le bassin, les côtes et la colonne vertébrale sont eux aussi brisés. Elle reste alitée pendant trois mois, dont un mois à l’hôpital. Mais environ un an après l’accident, elle doit retourner à l’hôpital, car on remarque qu’une de ses vertèbres lombaires est fracturée. Frida sera contrainte de porter durant neuf longs mois des corsets en plâtre. C’est alors qu’elle commence à peindre. Pour l'aider, ses proches placent un baldaquin au-dessus de son lit avec un miroir pour ciel. Elle peut ainsi se servir de son reflet comme modèle, ce qui est probablement l'élément déclencheur de la longue série d'autoportraits qu'elle réalisera. En effet sur 143 tableaux, 55 relèvent de ce genre. L'artiste doit subir de nombreuses interventions chirurgicales qui l'obligent à rester couchée sur un lit d'hôpital.

 

 

En 1928, son amie la photographe Tina Modotti l'incite à s’inscrire au Parti communiste mexicain. Elle s’intéresse particulièrement à l’émancipation des femmes dans la société mexicaine qui est encore très machiste. Elle décide dès son jeune âge qu'elle ne veut pas suivre le même parcours que la plupart des femmes mexicaines. Elle a un désir de voyages, d'études. Elle veut la liberté et le plaisir. Cette même année, Frida rencontre pour la première fois Diego Rivera (1886-1957) dans l'auditorium de son école (celui-ci y faisait une peinture murale).

 Elle admire beaucoup ce peintre et lui demande son avis au sujet de ses propres tableaux, le fond de sa pensée. Le muraliste est impressionné par les réalisations de la jeune Mexicaine :

« Les toiles révélaient une extraordinaire force d’expression, une description précise des caractères et un réel sérieux. Elles possédaient une sincérité plastique fondamentale et une personnalité artistique propre. Elles véhiculaient une sensualité vitale encore enrichie par une faculté d’observation impitoyable, quoique sensible. Pour moi, il était manifeste que cette jeune fille était une véritable artiste. »

Khalo 3

Frida Kahlo épouse Diego Rivera, de 21 ans son aîné, le 21 août 1929. Ils s’installent à Mexico dans un atelier, mais Diego ne tarde pas à la tromper. Elle-même s'engage dans de nombreuses relations extra-conjugales ; bisexuelle, elle séduit de nombreux hommes et femmes. Bien que compliquée, leur relation est véritablement passionnée.

 

En novembre 1930, ils emménagent à San Francisco car Rivera a été chargé de réaliser des peintures murales. Frida y fait la connaissance d’artistes, de commanditaires et de mécènes, dont Albert Bender. Celui-ci est parvenu à obtenir une autorisation d’entrée aux États-Unis pour Diego Rivera. En remerciement, Frida réalise en 1931 le portrait double Frida Kahlo y Diego Rivera inspiré de leur photo de mariage.

 

En 1930, elle subit sa première fausse couche. Après l’accident, on lui avait pourtant dit qu’elle ne pourrait jamais avoir d’enfant à cause de son bassin, fracturé à trois endroits. Lors de leur séjour à Détroit, elle est de nouveau enceinte. Au début de cette deuxième grossesse, Frida voit un médecin qui lui conseille de garder l'enfant au lieu d'interrompre sa grossesse. Elle pourrait accoucher par césarienne. Malgré les prévisions du docteur, elle fait une autre fausse couche. Elle reflète ses sentiments, son impression de solitude et d’abandon après la perte de l’enfant dans le tableau Henry Ford Hospital ou Le Lit volant, dans lequel elle peint un fœtus masculin surdimensionné en position embryonnaire, l’enfant perdu lors de la fausse couche, le « petit Diego » qu’elle avait tant espéré porter jusqu’à terme.

 Après ce pénible épisode, Frida Kahlo peint des tableaux qui traduisent sa lassitude et son dégoût des États-Unis et des Américains alors que son mari, lui, reste fasciné par ce pays et ne veut pas le quitter. Elle exprime son point de vue sur le pays des « gringos » dans Autoportrait à la frontière entre le Mexique et les États-Unis et dans Ma robe est suspendue là-bas. Malgré son admiration pour le progrès industriel des États-Unis, la nationaliste mexicaine se sent mal à l’aise de l'autre côté du Río Bravo. Entre-temps, la mère de Frida meurt le 15 septembre 1932

 Dans les années 1930, après l'arrivée au pouvoir des nazis en Allemagne, Frida écrit son nom « Frieda », de Frieden, la paix en allemand.

 En décembre 1933, Diego Rivera consent à rentrer au Mexique. Ils s’installent dans une maison à San Ángel, construite par un ami architecte et peintre, Juan O’Gorman. Des difficultés de santé obligent Frida à retourner à l’hôpital où elle doit subir un nouveau curetage.

 

Kahlo 6

En 1935, elle ne réalise que deux tableaux dont Quelques petites piqûres, qui évoque un meurtre par jalousie perpétré sur une femme. Frida Kahlo découvre que son mari a une liaison avec sa sœur, Cristina. Profondément blessée, elle quitte le foyer pour un appartement au centre de Mexico. Pendant cette période, elle a plusieurs relations extraconjugales, notamment avec des femmes. Au milieu de 1935, elle part avec deux amies pour New York. Elle ne revient au Mexique qu'après la fin de la liaison entre sa sœur et son mari, à la fin de l'année.

 Le 9 janvier 1937, le président Lázaro Cárdenas del Río accorde, conformément à ses pouvoirs constitutionnels, l'asile politique à Léon Trotski. Lui et sa femme sont accueillis par Frida et Diego, à la Casa azul (la Maison bleue). Une brève liaison que l'on dit passionnée se développe entre Trotski et Frida. À la fin de cette aventure, l'artiste lui offre « affectueusement » pour son anniversaire, le 7 novembre 1937, Autoportrait dédié à Léon Trotski ou Entre les rideaux où elle se montre sous son meilleur jour avec une dédicace :

« Pour Léon Trotski, je dédicace cette peinture avec tout mon amour… »

 

kahlo-5

En septembre 1938, André Breton est envoyé à Mexico par le ministère des Affaires étrangères pour y prononcer une série de conférences sur l'état de la poésie et de la peinture en Europe. Avec sa femme Jacqueline Lamba, il est accueilli à Mexico par le couple Kahlo-Rivera. Frida Kahlo se défend d'être surréaliste : « On me prenait pour une surréaliste. Ce n’est pas juste. Je n’ai jamais peint de rêves. Ce que j’ai représenté était ma réalité. »  Breton, subjugué par Frida, écrit : « l'art de Frida Kahlo de Rivera est un ruban autour d'une bombe », tandis qu'une véritable et profonde amitié se noue entre Frida et Jacqueline :

 Au début du mois d’octobre 1938, Frida Kahlo présente ses œuvres dans la galerie de Julien Levy à New York. La moitié des vingt-cinq œuvres présentées y sont vendues. Pendant son séjour, elle a une liaison avec le photographe Nickolas Muray.

 En 1939, Frida se rend à Paris à la grande exposition sur le Mexique organisée par le gouvernement Lázaro Cárdenas à la galerie Renou et Pierre Colle. Elle loge chez André Breton et rencontre les peintres Yves Tanguy, Picasso et Vassili Kandinsky.

Elle n'aime pas Paris, qu'elle trouve sale, et la nourriture ne lui convient pas ; elle attrape une colibacillose. L'exposition lui déplaît : son avis est « qu'elle est envahie par cette bande de fils de putes lunatiques que sont les surréalistes », elle trouve superflue « toute cette saloperie » exposée autour du Mexique. Par-dessus le marché, l'associé de Pierre Colle refuse d'exposer les œuvres de Frida dans sa galerie, choqué par la crudité des tableaux.

Dans une lettre à Nickolas Murray, elle fait part de son profond dégoût pour les intellectuels parisiens :

« Ils ont tellement de foutus intellectuels pourris que je ne peux plus les supporter. Ils sont vraiment trop pour moi. J'aimerais mieux m'asseoir par terre dans le marché de Toluca pour vendre des tortillas que d'avoir quoi que ce soit à voir avec ces connards artistiques de Paris… Je n'ai jamais vu Diego ni toi perdre leur temps à ces bavardages stupides et ces discussions intellectuelles. C'est pour ça que vous êtes de vrais hommes et non des artistes minables — Bon sang ! ça valait la peine de venir jusqu'ici juste pour comprendre pourquoi l'Europe est en train de pourrir, pourquoi tous ces incapables sont la cause de tous les Hitler et les Mussolini. »

 

En décembre 1938, Frida et Diego divorcent. Elle ressent de grandes douleurs dans la colonne vertébrale et contracte une mycose aiguë à la main droite. En septembre 1940, elle se rend à San Francisco pour être soignée par le docteur Eloesser. Pour le remercier de ses soins, elle peint pour lui Autoportrait dédié au Dr Eloesser. Le tableau porte en dédicace :

« J’ai peint mon portrait en 1940 pour le Dr. Eloesser, mon médecin et meilleur ami. Avec toute mon affection, Frida Kahlo. »

 

kahlo 2Diego Rivera est également à San Francisco à la même époque, et propose à Frida de l’épouser de nouveau. Elle accepte, et le second mariage a lieu à San Francisco le 8 décembre 1940, jour de l’anniversaire de Diego. Ils s’installent dans la Casa azul à Coyoacán après la mort du père de Frida.

 En 1942, l’artiste commence son journal où elle commente son enfance, sa jeunesse et sa vie. La même année, elle est élue membre du Seminario de Cultura Mexicana, organisation créée par le ministre des Affaires culturelles et composée de vingt-cinq artistes et intellectuels. Elle a pour mission d'encourager la diffusion de la culture mexicaine en organisant des expositions, des conférences et la publication d'ouvrages.

 

En 1943, Frida dirige une classe de peinture à l’académie des Beaux-Arts. Mais sa mauvaise santé l'oblige à enseigner chez elle. Des douleurs permanentes dans le pied droit et dans le dos l’empêchent de marcher correctement. Elle doit porter un corset de fer (que l’on retrouve dans La Colonne brisée). En juin 1946, elle subit une opération de la colonne vertébrale qui lui laisse deux immenses cicatrices dans le bas du dos.

À la fin des années 1940, l’état de santé de Frida Kahlo s'aggrave et, en 1950, elle doit rentrer à l’hôpital ABC de Mexico. Elle y reste neuf mois. Sa nouvelle opération de la colonne vertébrale se complique d'une inflammation qui l'oblige à une troisième opération. Ce n'est qu'au bout de la sixième intervention (sur un total de sept) qu’elle peut se remettre à peindre, tout en restant couchée. Au printemps 1953, la photographe Lola Álvarez Bravo organise la première exposition monographique de Frida Kahlo au Mexique. Son médecin lui interdisant de se lever, c'est sur son lit d'hôpital qu'elle est transportée jusqu'à la galerie pour participer au vernissage.

 

Khalo 2

En août 1953, on lui ampute la jambe droite jusqu’au genou à cause d'une gangrène. Cette opération apaise ses souffrances, mais la plonge dans une profonde dépression :

« On m’a amputé la jambe il y a six mois qui me paraissent une torture séculaire et quelques fois, j’ai presque perdu la tête. J’ai toujours envie de me suicider. Seul Diego m’en empêche, car je m’imagine que je pourrais lui manquer. Il me l’a dit, et je le crois. Mais jamais de toute ma vie je n’ai souffert davantage. J’attendrai encore un peu… »

 

Affaiblie par une grave pneumonie, Frida Kahlo meurt dans la nuit du 13 juillet 1954, sept jours après son quarante-septième anniversaire, officiellement d'une embolie pulmonaire. Cependant, selon Hayden Herrera, les derniers mots de son journal (« J'espère que la sortie sera joyeuse… et j’espère bien ne jamais revenir — Frida ») et son dernier dessin suggèrent qu'elle se serait suicidée ; il affirme d'ailleurs qu'une minorité de ses amis a cru que sa mort était due à une overdose de médicaments qui n'était peut-être pas accidentelle. Toutefois, en travers de son dernier tableau, peint juste avant de mourir, elle a écrit : « Viva la Vida » .

 

Elle est incinérée le 14 juillet, comme elle le désirait : elle avait expliqué qu'elle ne souhaitait pas être enterrée couchée, ayant trop souffert dans cette position au cours de ses nombreux séjours à l'hôpital. Ses cendres reposent dans la Casa azul à Coyoacán, sur son lit, dans une urne qui a la forme de son visage.


Pour les amateurs de Frida et Diego, il y a, à Lyon, rue Georges Gouy (si je ne me trompe pas ) dans le 7ème, une place avec de magnifiques peintures murales à la gloire de Riveira. Sur l'une d'elles on aperçoit Frida. J'espère qu'aujourd'hui elle est encore en état … 

Posté par ppcaillou à 20:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]